Vidéosurveillance à Saintes

Avant 2004, seulement douze établissements s'étaient équipés. Cette année marque un tournant car le préfet a signé huit arrêtés d'autorisation, puis deux en 2005, douze en 2006, onze en 2007, une en 2008, sept en 2009, dix-sept en 2010, et six depuis le début de l'année.

Un mouvement croissant qui n'a pas échappé aux chambres consulaires. Conseillère en sécurité auprès des artisans à la chambre des métiers de La Rochelle et responsable de l'antenne de la CCI de Saintes, Cindy Gougeon et Jean-Marc Bonnet constatent que le sujet est de plus en plus évoqué par les artisans et les commerçants. « C'est tout un ensemble qui concerne aussi l'emplacement de la caisse, des produits », souligne M. Bonnet, en glissant que la CCI a édité un guide sur cette thématique. « On conseille davantage la vidéo dans les établissements où circulent des liquidités. Plus dans les boulangeries et les boucheries que dans les salons de coiffure ou les garages », tranche Mme Gougeon.

Des caméras hors la loi ? Référent sécurité des commerçants, le capitaine de police Valéry Hubaille estime que les caméras sont aussi un « outil de travail intéressant et favorisant la protection ». Mais il conseille de faire attention dans le choix d'un équipement dans lequel l'éventail des prix est large. « Il faut veiller à la bonne résolution des images. Un zoom performant est aussi un avantage. » Reste que le nombre réel de sites équipés est peut-être inférieur à 76. La part de bluff fait aussi partie des moyens de se protéger des vols, le pictogramme annonçant que les lieux sont filmés pouvant dissuader le passage à l'acte. À l'inverse, il existe des caméras filmant public ou usagers dans des lieux de la ville qui ne sont pas référencées par la préfecture. Ainsi, si le parking du Bois-d'Amour a bien reçu une autorisation, les deux autres parkings gérés par la société Q-Park (Saint-Pierre et Pelletan) disposent de caméras. Sans aborder le volet pénal, la valeur juridique des bandes filmées est plus qu'incertaine…

L'intégralité de l'article sur www.sudouest.fr. Partager


Prev Next