Supercalculateur

Si le nucléaire japonais est en ruine, l'informatique nipponne est au firmament. Hier, le Japon a retrouvé la tête du classement mondial, dit "top 500" des supercalculateurs.

Le Japon avait perdu cette position en novembre 2004, lorsque le "Earth Simulator" avait été détrôné. Hier, le nouveau classement fait apparaître que les dix premiers sont désormais "pétaflopiques"... autrement dit, ils dépassent le million de milliards d'opérations par seconde. Et c'est le "K Computer" (photo) du centre de recherche RIKEN du Japon qui emporte le gros lot avec 8 pétaflops (millions de milliards d'opérations par seconde).

Le K computer a creusé l'écart d'un coup. Construit par Fujitsu, il utilise 68544 unités centrales SPARC64 VIIIfx, chacune constituées de 8 processeurs. La puissance du K Computer égale celle des cinq machines qui le suivent au classement.

La liste des dix premiers est intéressante. Outre le K Computer, elle comporte cinq systèmes américains, un autre japonais, deux chinois et un français. La Chine avait même occupé la première place en novembre 2010 avec les 2,57 pétaflops de Tianhe 1A, aujourd'hui à la seconde place. Installé à Tianjin, au National Supercomputer Center, il utilise des processeurs Intel mais aussi des FeiTeng-1000, made in China, ainsi que plus de 7.000 processeurs graphiques... conçus pour accélérer les calculs dans les jeux vidéo et fabriqués par l'Américain Nvidia. Tianhe signifie Voie Lactée en chinois. Plus important encore : la Chine compte désormais 62 machines dans le Top 500, et seuls les Etats-Unis en comptent plus, elle a donc dépassé tous les autres pays, y compris le Japon.

La machine française est le Tera-100 (voici une note sur cette machine), le plus puissant en Europe. Cette machine Bull de 1,05 pétaflops réside au centre de Bruyères le Châtel du Commissariat à l'énergie atomique et se destine en priorité aux militaires (comme le trio de tête) même s'il servira aussi à des projets civils.

source : http://sciences.blogs.liberation.fr

Partager


Prev Next